Crises sanitaires et environnementales

Crises sanitaires et environnementales

Le rapport au travail et les relations santé-travail en période de crise sanitaire

Un questionnaire complémentaire « Vécu au travail de la crise sanitaire » complète systématiquement le questionnaire de l’Observatoire Evrest (Evolutions et relations en santé au travail) depuis le 1er octobre 2020. De premières analyses sont en cours. Un premier volet de ces analyses a pour but d’examiner les liens entre le vécu au travail spécifique à cette période de crise sanitaire et la santé (plans ostéo-articulaire et psychosocial) décrite par le médecin du travail dans le questionnaire principal. Un deuxième volet d’analyses s’intéresse plus particulièrement aux impacts de la crise sanitaire sur le rapport au travail (questions sur la perte de sens et sur le gain d’intérêt dans le travail), en lien avec des questions posées habituellement comme le changement de travail depuis un an, la peur de perdre son emploi, ou les difficultés de conciliation entre vie professionnelle et vie hors travail. 

Chercheur.se.s concerné.e.s : Céline Mardon, Arianne Leroyer, Maxime Lescurieux, Anne-Françoise Molinié et Urielle Goron.

Le rapport au travail en période de crise sanitaire dans un groupe multinational

Les services de santé au travail et les directions des ressources humaines d’un grand groupe industriel ont souhaité disposer d’éléments statistiques pour suivre le vécu au travail dans le contexte de crise sanitaire, dans les divers sites du groupe (à l’échelle internationale). Un questionnaire, préparé en collaboration entre le Creapt et la médecine du travail du groupe, puis traduit en plusieurs langues, a été diffusé puis rempli par voie électronique dans plusieurs sites de différents pays. Ce questionnaire prévoit des volets dédiés spécifiquement au télétravail d’une part, au travail sur site d’autre part. Le recueil des réponses a eu lieu entre juillet et octobre 2020. Leur analyse est en cours.

Chercheur.se.s concerné.e.s : Céline Mardon, Valerya Viera Giraldo et Serge Volkoff