Crises sanitaires et environnementales

Crises sanitaires et environnementales

Accueil » Actualités » CNRS » Les sciences sociales face à la pandémie de Covid-19 : État des connaissances et propositions d’action (21-22 octobre 2021)

Les sciences sociales face à la pandémie de Covid-19 : État des connaissances et propositions d’action (21-22 octobre 2021)

L’UNESCO et la présidence française du conseil intergouvernemental du programme MOST organisent un colloque international pour explorer la perspective des sciences sociales et humaines sur la pandémie, presque deux ans après son déclenchement. MOST est un programme scientifique intergouvernemental portant sur la gestion des transformations sociales, qui s’engage à améliorer le lien entre les connaissances et les politiques.

Avant la pandémie de COVID-19, l’UNESCO avait prévenu que le monde convergeait vers des niveaux d’inégalités insoutenables et que les écarts croissants en matière de bien-être compromettaient la durabilité environnementale, le tissu social, les économies, la sécurité et les progrès réalisés dans les programmes nationaux et internationaux. Les systèmes fragiles et inégalitaires se sont avérés être une condition aggravante préexistante à l’échelle mondiale quia alimenté la pandémie. En outre, l’impact du COVID-19 a accru les inégalités, affectant ceux qui étaient déjà vulnérables.

La pandémie a mis en lumière trois niveaux d’inégalités face au virus : l’exposition à la maladie,les réponses pour y faire face et les moyens de rétablissement. La réponse globale des Nations Unies au COVID-19 donne la priorité à ces effets différenciés à tous les stades de l’intervention.Les Objectifs de développement durable (ODD), en tant que cadre commun visant à corriger les inégalités, doivent servir de guide à un « changement transformateur vers des sociétés et des économies plus justes, plus égales et plus résilientes ».

L’engagement consiste à opérer un changement radical grâce à des solutions multidimensionnelles, multi niveaux, systémiques et fondées sur des données probantes. La mise en œuvre de ces solutions repose sur des connaissances adaptées qui sont aussi complexes que la crise ; elles vont au-delà des inégalités de revenus et de richesses pour englober les disparités environnementales, sociales, numériques, politiques, culturelles,spatiales et également en matière de connaissances.

L’UNESCO souhaite ainsi souligner un clivage disciplinaire : la plupart des connaissances proviennent de l’économie, tandis que les études générales, la psychologie sociale, l’histoire,l’anthropologie et la sociologie, par exemple, sont loin derrière. Il en résulte que de nombreuses données ont un champ d’application trop étroit, et que l’on n’accorde que peu d’attention aux inégalités qui se chevauchent et qui vont au-delà du revenu et de la richesse pour s’étendre au genre, à la santé ou au climat.
C’est également le cas lorsqu’il s’agit de l’empreinte des différentes disciplines sur les politiques et de la manière dont elles informent les décisions. Il est en effet nécessaire de mieux informer et de permettre à différentes perspectives de guider efficacement l’élaboration des politiques dans toutes les régions du monde.

Ce colloque est donc un événement opportun, qui nourrira la réflexion nécessaire à la conception de la nouvelle stratégie 2022-2029 du programme MOST, afin de renforcer son action et d’améliorer la collaboration entre les Etats membres, les institutions internationales etles partenaires de la connaissance, en mettant à profit les riches contributions des sciences sociales et humaines pour une meilleure reprise.

Consulter le programme